Attention aux dangers de la diaboulimie

Pour maigrir, ou du moins éviter de grossir, de plus en plus de jeunes femmes, atteintes de diabète de type 1, adoptent un comportement dangereux pour leur santé. Elles en viennent à diminuer leurs doses d’insuline, pourtant prescrites par leur médecin, pour perdre du poids. On appelle cela la diaboulimie, la contraction du nom de deux maladies, le diabète et la boulimie. Un phénomène bien connu des diabétologues depuis les années 90, mais qui revient en force ces derniers temps. Or, ce n’est pas l’insuline qui fait grossir, ni maigrir d’ailleurs. En revanche, le manque d’insuline génère un déséquilibre glycémique, entraînant une perte de calories et une destruction des graisses.

Un dérèglement très dangereux

Un comportement extrêmement dangereux qui peut avoir des conséquences très graves pour la santé de ces jeunes patientes, grandement déstabilisées par des troubles alimentaires. En Angleterre, de nombreuses hospitalisations ont été constatées pour acidocétose, à savoir des complications pour manque d’insuline. À plus long terme, ce manque d’insuline peut engendrer des problèmes de cécité, des troubles rénaux ou cardiaques.
En se privant d’insuline, les patientes obligent leur corps à puiser dans leurs réserves de graisse, entraînant ainsi une trop forte production d’acétone, pouvant provoquer des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales, voire dans les cas les plus dramatiques, un coma.

Il est donc primordial de consulter son médecin pour réévaluer ou réajuster ses doses d’insuline. En aucun cas, une automédication n’est conseillée, d’autant plus quand on souffre déjà d’une pathologie, à savoir le diabète.

E. B.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donner votre avis

*