Junk-food : ses effets sur la grossesse et les nourrissons

effets de la junk food sur grossesse et nourrissonsOn connaissait les risques de la junk-food sur la santé, pour le diabète, le cholestérol, les maladies cardio-vasculaires et l’obésité de façon plus générale. Mais sachez que la junk-food agit également sur les femmes enceintes en provoquant des accouchements prématurés.
On ne cesse de le répéter : être enceinte ne signifie pas manger pour deux et n’importe quoi, car l’enfant est directement atteint par les aliments trop riches, trop gras et trop sucrés. Avoir une alimentation équilibrée et saine constitue donc une priorité.

L’alimentation avant grossesse ciblée

Une récente étude scientifique australienne vient elle de publier, dans la revue Journal of Nutrition, ses conclusions sur les effets de la nutrition maternelle, notamment de la junk-food, sur la croissance du fœtus, sur son développement et sur son poids à la naissance. Les chercheurs de l’Université d’Adelaïde ont ainsi voulu évaluer les effets de l’alimentation maternelle pendant les 12 mois précédents la grossesse sur la date de l’accouchement et la santé du bébé. L’étude s’est portée sur 309 femmes, avec 3 modes d’alimentation différents identifiés :
– une alimentation protéinée composée de poisson, viande, fruits, légumes et céréales
– une alimentation riche en graisses et en sucres composée de plats à emporter, de chips, de pizza
– une alimentation de type végétarien

Et les résultats sont sans appel : un régime alimentaire composé principalement de graisses saturées (plats industriels, chips, gâteaux,..) et de sucres présente un risque augmenté de 50 % d’accouchement prématuré.
Sans vouloir tomber dans le côté moralisateur, vous pouvez bien évidemment vous faire plaisir, à l’occasion.

E .B.

Pour plus d’infos sur l’étude australienne, rendez-vous sur le site de la revue médicale.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Donner votre avis

*