L’alimentation japonaise, l’exemple à suivre ?

Si pendant longtemps les restaurants asiatiques ne se cantonnais qu’au riz du même nom, il n’est pas rare de voir aujourd’hui l’ancien magasin du coin se transformer en Sushi Shop ou restaurant japonais. Dans nos mentalités, la gastronomie japonaise se compose essentiellement de riz, de poissons crus et de thé, n’est pas très onéreuse, plutôt diététique et rapide à consommer. Mais c’est bien là tout le paradoxe, où au pays du Soleil Levant devenir un Sushiya (maître-sushi) nécessite des années d’entraînements et où les sushis ne constituent pas la base de leur alimentation, mais l’une des nombreuses branches de leur potentialité.
Le menu japonais est souvent composé d’une soupe, d’un féculent (riz, nouilles…) et d’un plat principal parfois agrémenté de légumes macérés dans le sel. Les possibilités sont multiples : brochettes, grillades, galettes garnies, beignets, omelettes, pot-au-feu, fondue… La gastronomie japonaise a beaucoup plus à offrir que ses sempiternels sashimis.

Pourquoi cela nous plaît tant ?

Parce que la nourriture japonaise paraît saine ; pas de gros plats en sauces, rarement des fritures, beaucoup de légumes et de protéines. Les Japonais prisent également les soupes, le thé et bien évidement le riz, l’élément de base. Le poisson et les fruits de mer sont bien plus largement consommés que la viande et les desserts ou pâtisseries qui ne sont pas légion, en comparaison à notre bon vieux pays.
Parce que le Japon fait partie des pays riches qui possède le moins d’obésité. Même si le taux a augmenté ces dernières années, il reste bien largement en-dessous de la France, des Etats Unis ou de l’Angleterre. Parallèlement, l’espérance de vie au Japon est une des plus élevée au monde.
Ainsi, leur mode de vie reste une énigme pour beaucoup d’entre nous, mais il fascine par sa simplicité, sa singularité et son efficacité.

Le régime Okinawa, mythe ou réalité ?

L’île aux centenaires possède son propre régime. Établi par Makoto Suzuki, un cardiologue surpris par le nombre étonnant d’anciens, et instigateur d’une vaste étude sur ce phénomène, il en ressortira que les Okinawaïens vivent plus longtemps et en meilleur forme grâce à une alimentation pauvre en calorie et faible en gras.
Si vous voulez vous laisser tenter, sachez que le régime Okinawa est un régime semi-végétarien, qui recommande de consommer :
A volonté : l’eau et le thé, de nombreux légumes tels que le concombre, la laitue, la tomate, la courgette, l’endive, le haricot, la betterave ou encore l’asperge. Des fruits comme l’abricot, l’orange, la pêche, l’ananas ou la poire, ainsi que le yaourt nature et le tofu.
Avec modération : la banane, les pâtes et le riz, l’avocat, les œufs, les poissons maigres ou encore les sushis.
A l’occasion : les poissons gras, le pain, les viandes maigres, le fromage, la pizza, la glace, la confiture ou encore les fruits secs.
D’autres préceptes viennent s’ajouter à cette alimentation comme le fait de favoriser la variété, manger frais, associer le cru et le cuit, manger des petites portions ou éviter le barbecue ou le micro-ondes.
Il a été démontré que ce régime procurait une satiété évidente est donc une perte de poids. Cependant, il comporte de nombreuses restrictions caloriques et peut entraîner des carences. Alors faites tout de même attention.

A vous de voir si l’appel de l’Orient passera par votre estomac !

A. G

Rendez-vous sur Hellocoton !